La Métropole, la Ville de Bordeaux et Kéolis s’unissent pour lutter contre le harcèlement sexiste dans les transports en commun

SEXISMELe Haut Conseil à l’Egalité femmes / hommes a réalisé un diagnostic national sur le harcèlement sexiste dans les transports, ayant abouti sur un plan national de sécurité des femmes dans les transports publics. Cette étude montre que l’ensemble des femmes ont été un jour victimes de harcèlement sexiste ou d’une agression sexuelle dans les transports en commun.

Une autre étude internationale[1] a montré que 85% des Parisiennes pensent qu’elles ne seraient pas aidées en cas d’agression dans le métro.

Sur l’agglomération bordelaise, plusieurs enquêtes ont été menées sur la thématique des femmes et des transports. L’étude de l’Observatoire bordelais de l’égalité, réalisée par des chercheurs en sociologie, sciences de l’éducation, sciences politiques et droit, a démontré que 68% des victimes de discriminations ressenties dans l’espace public sont des femmes ! Il a mis en évidence également le phénomène très préoccupant des frotteurs-frôleurs, qui profitent des bus ou rames de trams bondés pour avoir les mains baladeuses, qui peuvent revêtir la qualification pénale d’agression sexuelle, mais qui font malheureusement trop rarement l’objet de procédures…

Bordeaux Métropole a prévu dans le Plan d’actions Egalité femmes/hommes, adopté en octobre 2015, de mieux identifier les problèmes rencontrés par les femmes dans les transports en publics, afin de garantir un égal accès aux espaces et services publics aux femmes et aux hommes sur son territoire. Cette réflexion s’inscrit également dans le plan d’action voté par la Ville de Bordeaux en 2014 suite à la signature de la Charte européenne pour l’égalité femmes-hommes dans la vie locale.

C’est pourquoi ces deux collectivités se sont alliées avec Kéolis pour passer une convention de partenariat avec l’Association de Recherche et d’Etude sur la Santé, la Ville et l’Inégalité, afin de mener une étude de terrain complète sur les femmes et les transports en publics dans l’agglomération, pour un montant total de 17 500 euros. On ne peut que se réjouir du fait que ce projet ait été voté à l’unanimité par le Conseil de Bordeaux Métropole du 29 avril.

Une enquête sera ainsi réalisée, sur 9 mois, reposant sur des groupes d’échanges, des usagères des transports en commun, des observations statistiques et des questionnaires. Elle permettra d’alimenter la réflexion et de formuler des propositions pour les futurs Plans de lutte contre les discriminations de la Ville et de la Métropole et qui seront présentés en fin d’année.

La faisabilité des arrêts des bus à la demande la nuit sera, par exemple, étudiée par cette étude. Une campagne de sensibilisation au harcèlement sera d’ores et déjà proposée en 2016, parce qu’il faut agir au plus vite !

[1] Yougov, http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/action/piece-jointe/2015/07/plan-national-de-lutte-contre-le-harcelement-sexiste-et-les-violences-sexuelles-dans-les-transports-en-commun.pdf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s