Département d’Etat, Musée des Amérindiens, Poudlard

J35
Des représentants du Département d’Etat à l’image de la diversité de la société américaine

Une 3ème journée à Washington qui a commencé par une réunion au Département d’Etat, le ministère des affaires étrangères, en présence des responsables des bureaux Droits de l’Homme et de la Liberté religieuse. L’une des représentantes du ministère portait le Hijab, ce qui résume assez bien les conceptions américaines de liberté et de diversité (elle n’est pas sur la photo car elle a du quitter la réunion un peu avant la fin). Une discussion très riche, qui a permis de comprendre l’action américaine pour diffuser les Droits de l’Homme. Cette stratégie repose sur le soutien aux militants locaux via les ambassades : mise en réseau, financement, voire soutien logistique et juridique pour les activistes, par exemple au bénéfice de ceux qui sont emprisonnés dans certains pays.

J32
Musée national des Amérindiens

Direction ensuite le Musée national des Amérindiens, consacré à l’histoire, la culture et les arts des Indiens nord-américains. Il y a en effet de nombreuses réserves aux Etats-Unis, certaines reconnues, les « nations » indiennes, d’autres non. Quand j’ai demandé à notre guide américain de nous parler un peu de l’histoire des amérindiens, il a répondu que l’on pouvait résumer cela en un seul mot : « Génocide ». Un terrible mot qui en dit long…

Puis nous avons eu une réunion à l’Urban Institute, une ONG qui étudie les associations et la société civile américaine. Le secteur associatif américain pèse un poids énorme sur la plan économique : 3 billions de dollars sur les 19 du PIB. Les associations sont partout : universités, hôpitaux… Une initiative intéressante en Californie : pour pouvoir déclarer une association, l’Etat demande que les usagers soient représentés dans les organes directeurs, afin de favoriser leur implication, et de prendre en compte leurs besoins.

J34
L’Université de Georgetown

Nous avons terminé avec une réunion au Centre des religions, de la paix et des affaires mondiales de l’Université de Georgetown, une université assez ancienne fondée par les jésuites, et qui a certainement était une source d’inspiration pour l’auteure de Harry Potter. Ce centre interdisciplinaire travaille sur le dialogue inter-religieux à travers le monde. Pour les chercheurs qui nous ont reçus, tout commence à l’école : c’est à ce moment là qu’il faut apprendre sur les autres. Les pays qui le font ont bien moins de tensions qui se développent dans leurs sociétés. Après l’école, les vecteurs culturels, comme les festivals de musiques sacrées, ou le sport, pour véhiculer des valeurs communes, sont d’excellents supports pour le dialogue et la compréhension entre les différentes communautés. Des bonnes pratiques à exporter. Enfin, les chercheurs nous ont confié leur inquiétude sur la situation politique aux Etats-Unis.

Demain sera une journée intense également, avec notamment la rencontre du procureur de Washington en charge de la lutte contre les discriminations, et un petit écart du programme officiel en ce qui me concerne pour une rencontre de la plus haute importance 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s